lundi 25 avril 2016

107 - Joie

Hier,il faisait un temps magnifique.
L'occasion de sortir le nez dehors et de s'amuser - sur le module de jeu pour les enfants, avec ma nouvelle caméra, pour ma part.
Avec de jolies photos comme résultat.





mardi 19 avril 2016

106 - Varigeole, le retour

Ça a commencé par des petits boutons sur le visage...


Puis c'est devenu bien rouge...


Jusqu'à ne plus former qu'une plaque géante...


Ce matin, les joues sont presque normales, mais c'est maintenant le reste du corps qui est bien bien rouge (et qui le démange suffisamment pour qu'il ait du mal à dormir, le pauvre...).


La coupable est, semble-t-il, la pénicilline qui lui a été prescrite pour soigner son angine streptococcique. Affaire à suivre...

lundi 18 avril 2016

105 - Voisins

J'ai de magnifiques voisins qui ont pour coutume de porter leur plus beau costume pour se promener dans le quartier.
 Je leur avais régulièrement donné des arachides l'hiver passé, mais elles ont plutôt fait le délice des écureuils. Nos voisins nous boudaient, ou jouaient les timides.
Il leur aura fallu 5 ans pour se dégêner, mais cette année, ils viennent régulièrement déjeuner avec nous. Je ne sais pas si ce sont les pommes fermentées tout l'hiver qui les attirent, mais on les voit désormais souvent dans notre cour arrière....



vendredi 15 avril 2016

104 - Lilliput

Ce mois-ci, le thème, choisi par Laulinea, est « La nature en macro ». L'occasion de tester mon nouveau joujou...

Un arbre se cache dans ma feuille de salade...

Quand j'étais petite, les veines de la main de ma grand-mère étaient particulièrement saillantes et j'avais pour habitude de les appeler ses « racines ». Veines et nervures rappellent racines et branches... Il est fascinant de voir comment la nature utilise et réutilise un petit nombre de schémas pour créer une grande variétés de formes et d'usages...

Allons voir quelles mondes minuscules les autres nous feront découvrir...
AF News, Akaieric, Alban, Alexinparis, Angélique, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Calamonique, Cara, Carole en Australie, Champagne, Chat bleu, Chiffons and Co, Chloé, Christophe, Claire's Blog, Cocazzz, Cécile, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, Dom-Aufildesvues, E, El Padawan, Estelle, Eurydice, Eva INside-EXpat, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Giselle 43, Guillaume, Homeos-tasie, J'habite à Waterford, Josette, Julie, KK-huète En Bretannie, Koalisa, Krn, La Fille de l'Air, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Les Bazos en Goguette, Loulou, Luckasetmoi, Lyonelk, magda627, Mamysoren, Marie, MauriceMonAmour, Milla la galerie, Mimireliton, Mireille, Mirovinben, Mon Album Photo, Morgane Byloos Photography, MyLittleRoad, Nanouk, Nicky, Noz & 'Lo, Pat, Philae, Philisine Cave, Pilisi, Pixeline, Renepaulhenry, Rythme Indigo, Sinuaisons, Sous mon arbre, Tambour Major, Testinaute, Thalie, Tuxana, Voyager en photo, Woocares, Xoliv'.

jeudi 7 avril 2016

103 - Rebouteux

Mon arrière grand-père était paysan. Mais dans ses temps libres (ou pas), c'était également le rebouteux du coin.
C'est donc tout naturellement que quand, tannée de ma douleur persistante à l'omoplate droite qui, j'en suis convaincue, était à l'origine des céphalées pas piquées des vers que je subis depuis quelques semaines, je me suis tournée vers un rebouteux moderne, aussi appelé ostéopathe.
C'est que voyez-vous, bien que je croie aux vertus de la médecine moderne, en l'occurrence, j'ai davantage confiance dans les techniques de manipulation ancestrales.

Quand je suis arrivée, il m'a tout de suite trouvée extrêmement crispée (sans blague? déjà que j'ai tendance à être d'un naturel un peu angoissé, alors aller me faire tripoter par un gars que je ne connais pas...). Il était même presque étonné que je ne ressente pas plus de douleurs dans certains mouvements étant donné la tension de mon cou.
Bref, après m'avoir demandé si j'étais à l'aise avec les craquements, il m'a fait craquer de partout: de la colonne, des omoplates, de la clavicule et du cou (ce petit moment d'angoisse, où tu as l'impression d'être la victime dans la scène où le tueur déboite la nuque de sa victime). Je suis sortie de là grandement soulagée, mais avec le net sentiment qu'un troupeau d'éléphants m'était passé sur le corps ou que j'avais couru un marathon, je ne sais pas trop...
Il m'aura fallu deux jours pour me remettre de cette sensation, et s'il reste une petite douleur résiduelle à chasser, je suis néanmoins plus que satisfaite de cette première séance...