mercredi 30 mars 2016

102 - Bilan orthophoniste

Voilà à peu près un an que nous sommes allés consulter un orthophoniste pour le Prophète. Nous avons donc eu droit à son bilan annuel.
Les nouvelles sont bonnes: l'hypothèse de dyspraxie verbale est toujours valable, mais les choses se sont nettement améliorées. Il y a un an, les productions verbales de mon fils étaient pour le moins aléatoires (il prononçait un même mot de plusieurs façons différentes), mais ses erreurs sont maintenant plus systématiques, et donc, plus faciles à corriger.
Au niveau morpho-syntaxique, il accuse encore des retards par rapport à son âge (les conjonctions ne sont pas sont fort), mais là, encore il y a du progrès.
Et puis, je suis très fière de mon fils, car ses orthophonistes ont souligné que quels que soient ses difficultés, il a de grandes qualités : il s'applique, il est persévérant et il mobilise relativement bien ses connaissances pour reproduire de façon spontanée ce qu'il apprend lors de ses séances d'orthophonie.
Bref, aucune de ses deux orthophonistes n'est bien inquiète pour l'avenir: il devrait être prêt pour l'école et y intégrer une classe normale. Voilà qui ravit mon cœur de maman!

mardi 29 mars 2016

101 - Joyeuses Pâques!

Avec un poil de retard, mais c'est que, voyez-vous, nous étions très très occupés à chasser les oeufs et à profiter du magnifique soleil de printemps.


Je ne sais pas ce que c'est, mais j'en ai trouvé deux!
Je suis trop heureux!

mardi 15 mars 2016

100 - Défi personnel


Ce mois-ci, le thème, choisi par Chat bleu est : un défi ou un challenge personnel.
Thème à la fois facile - des défis, j'en relève tous les jours - et difficile - mais quel pourrait être mon défi à moi, rien qu'à moi, cet obstacle que je dois surmonter...
Et puis, finalement, la réponse s'est imposée d'elle-même. Ce qui me manque le plus ces derniers temps, c'est la zénitude.
Je me laisse troubler facilement, trop de choses m'affectent, je ne me reconnais plus. Il me faut réapprendre à être comme l'eau pour retrouver mon chemin dans la vie.
"Water never waits. It changes shape and flows around things, and finds the secret paths no one else has thought about -- the tiny hole through the roof or the bottom of the box. There's no doubt it's the most versatile of the five elements. It can wash away earth; it can put out fire; it can wear a piece of metal down and sweep it away. Even wood, which is its natural complement, can't survive without being nurtured by water. And yet, you haven't drawn on those strengths in living your life, have you?" (Arthur Golden, Memoirs of a Geisha)


Et les autres, quels défis nous promettent-ils?
AF News, Akaieric, Alban, Alexinparis, Angélique, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Calamonique, Cara, Champagne, Chat bleu, Chiffons and Co, Chloé, Christophe, Cocazzz, Cécile, CécileP, Céline in Paris, Dame Skarlette, Danièle.B, DelphineF, Dom-Aufildesvues, E, El Padawan, Estelle, Eva INside-EXpat, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Giselle 43, Guillaume, Homeos-tasie, J'habite à Waterford, Josette, Julie, Kenza, KK-huète En Bretannie, Koalisa, Krn, La Fille de l'Air, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Loulou, Luckasetmoi, magda627, Mamysoren, Marie, MauriceMonAmour, Milla la galerie, Mimireliton, Mireille, Mirovinben, Mon Album Photo, Morgane Byloos Photography, MyLittleRoad, Nanouk, Nicky, Noz & 'Lo, Pat, Philae, Pilisi, Pixeline, Renepaulhenry, Rythme Indigo, Sinuaisons, Sous mon arbre, Suki, Tambour Major, Testinaute, Thalie, Tuxana, Voyager en photo, Woocares, Xoliv'.

lundi 7 mars 2016

99 - Rêver en couleurs

En ce moment, beaucoup de mon temps libre (qui est une denrée rare) se passe à rêver au Pérou et à prévoir les différentes étapes du voyage, en me posant des question aussi existentielles que Arequipa ou pas Arequipa, Nazca ou pas Nazca, Titicaca ou pas Titicaca?
Finalement, je vais probablement ignorer Nazca au profit du Titicaca - il faut dire que le nom est bien plus rigolo, et que passé le petit moment d'émotion que j'aurais probablement eu en voyant les célèbres lignes, ça nous ferait un détour, beaucoup d'heures de bus et une grosse dépense pour monter dans un coucou à peine sécuritaire voir des lignes que nous avons déjà vu 100 000 fois en photo. De plus, la région elle-même présente pas d'attraits dont nous n'aurons pas vraiment le temps de profiter cette fois-ci. Ce sera donc pour une prochaine fois, si prochaine fois il y a.
Quant à Arequipa, c'est une vile qui s'impose, nous seulement pour sa beauté, mais également parce qu'elle représente un palier stratégique pour réduire les probabilités de subir trop les effets du mal aigu des montagnes. Quant on sait que le lac se situe à 3800 m d'altitude, il vaut mieux prendre ses précautions!
Mes autres grands points d'interrogation sont de type financier/éthique. Nous prendrons probablement deux fois l'avion pour nous éviter des 18-20 h de bus sur les routes de montagne en pleine nuit. Pour le reste, nous emprunterons les transports locaux: taxis, bus, colectivos. Et pour les hôtels, j'ai décidé de suivre le principe que j'avais suivi au Japon: j'adopte les hôtels locaux, tant pis si les standards ne sont pas les mêmes et que nous aurons probablement droit à quelques douches froides. Je me méfie comme de la peste des grands hôtels internationaux tenus par des étrangers dont les profits ne vont certainement que très peu au Péruviens. Nous irons donc dans des petites auberges de famille ou carrément chez l'habitant...
Mais mon plus grand plaisir, pour le moment, est totalement gratuit: je rêve aux seuls noms que je croise sur les divers forums et dans les divers livres que je consulte pour décider de mes priorités: le Pachamama sur l'île d'Amantaní, le site de Pachacamac, le temple de Viracocha, le Machu Picchu et le Wayna Picchu bien sûr...