mercredi 30 septembre 2015

81 - Chanter la pomme

Il y a deux semaines, notre nounou nous avait proposé une sortie aux pommes. Comme je n'étais que partiellement allée à la sortie framboises (l'Empereur me semblait alors trop jeune ou trop vieux. Bref, j'avais peur qu'il s'ennuie), j'ai accepté avec enthousiasme. Et comme vendredi dernier était une «journée pédagogique» (comprenez, l'école était fermée), elle avait proposé cette date pour que ses enfants nous accompagnent.
Vendredi matin, nous nous sommes donc donné joyeusement rendez-vous chez elle pour se rendre aux Vergers de la Savane. Oui, je sais, il n'y a pas de savane au Québec et l'idée d'un verger dans la savane me semble pour le moins incongrue, mais que voulez-vous... (en fait, c'est le nom de la rue)
Quelques aléas plus tard, nous voici donc, trois mamans et huit enfants, à peine frigorifiés (il faisait plus froid que prévu) à attendre le tracteur qui devait nous amener aux pommiers.
J'avoue avoir trouvé l'endroit très bien aménagé (il y a des tables à pique-nique, des modules de jeux pour les enfants et même un labyrinthe de maïs) et la sortie très sympathique.
Le Prophète a vite compris comment cueillir des pommes (en les tournant, pour ne pas faire mal à l'arbre), Fleur a préféré les manger et l'Empereur a adoré ces grosses balles colorées au goût sucré, même s'il n'a plus voulu entendre parler de pomme intacte après avoir sucé le jus d'une pomme dans laquelle on avait déjà croqué.



Bref, c'était une très belle sortie de début d'automne, et j'attends maintenant d'avoir le temps pour faire quelques jolies tartes avec le produit de notre cueillette...

lundi 28 septembre 2015

80 - Tête en l'air

Hier soir, pour une fois, j'avais une bonne raison d'être dans la lune, comme cela arrive rarement...






 

jeudi 24 septembre 2015

79 - Communiquer

Du plus loin qu'il m'en souvienne, j'aime les expressions un peu quétaines j'ai eu de la difficulté à communiquer et même, je dirais, à entrer en connexion avec ceux qui m'entourent.
Dès l'école primaire, j'ai remarqué que, contrairement à la plupart des autres enfants, j'avais peu, voire pas, d'amis. Il y avait bien D., en CM2, mais à part elle, je crois que je peux juste parler de «camarades de classe» à cette époque.
Au collège et au lycée, les choses se sont progressivement arrangées, et même si j'étais loin d'être la plus populaire, j'avais quelques amis proches. Mais l'apprentissage des relations a été pour moi difficile et plus d'une fois j'ai pleuré, seule dans ma chambre. Je me rendais malade pour un mot un peu dur, je ne comprenais pas pourquoi une fille que je croyais mon amie se tournait vers quelqu'un d'autre ou passait simplement moins de temps que d'habitude avec moi, etc.
Je ne parle même pas de l'apprentissage des relations amoureuses qui m'ont fait passer par bien des montagnes russes.
J'ai appris aujourd'hui à relativiser, mais je suis toujours sujette à la sur-interprétation des gestes ou des mots de l'autre - sur-interprétation susceptible de me plonger dans les abimes les plus profonds comme de m'élever sur les sommets les plus hauts. J'ai donc appris à me méfier de mes propres réactions.

Mais ce que je regrette le plus dans cette difficulté à communiquer que j'ai, outre ma propension à commettre des bourdes parce que je suis trop directe, c'est mon incapacité à faire de gentilles choses simples.
Je regrette de ne pas être capable de dire à cet inconnu combien sa remarque me fait plaisir.
Je regrette de ne pas être capable de dire à ma voisine ou à ma nounou combien elle sont belles.
Je regrette de ne pas être capable de dire à cette amie combien je la trouve courageuse.
Je regrette de ne pas être capable de dire à mes proches combien je les aime...

vendredi 18 septembre 2015

78 - Parenthèse new-yorkaise (partie 3)

Pour la troisième et dernière journée de notre périple, nous avions choisi un programme léger: le MET (rien que ça), un rapide tour à Brooklin et ce que nous pourrions faire du quartier financier avant de rentrer...

 Les antiquités égyptiennes, toujours un plaisir...

 Hiawatha

 La meilleure pizza de ce côté de l'Atlantique!

 Sur le légendaire pont de Brooklin

WTC One

9/11 Memorial

mardi 15 septembre 2015

77 - Passion(s)

Le sujet du mois, proposé par DelfineF, est passion(s), ou plus exactement «Celui qui se perd dans sa passion perd moins que celui qui perd sa passion».
J'avoue que le thème est plutôt joli, mais bien difficile pour une stoïcienne dans mon genre: j'ai plusieurs loisirs, mais pas de véritable passion. J'éprouve bien des sentiments assez forts pour un certain nombre de personnes, mais rien dans lequel je sois susceptible de me «perdre», n'en déplaise à Saint-Augustin.
Mon mot d'ordre en matière de passion étant plutôt cartésien (mieux vaut changer ses désirs que l'ordre du monde)(spéciale dédicace), le thème est bien éloigné de ma personnalité.
En fouillant dans mes archives récentes, je suis néanmoins tombée sur une photo à même d'illustrer ce qui se rapproche le plus de la passion pour moi: elle illustre mon goût de la photo, mon affection pour l'architecture, mon attachement aux formes géométriques et mon amour des musées. De plus, j'aime particulièrement ces photos un peu mystérieuses où l'on perd de vue l'ensemble du décor pour offrir une nouvelle perspective au spectateur...

Vue de la coupole du musée Guggenheim depuis l'entrée

Et les autres, dans quelle passion se sont-ils noyés?
A'icha, Akaieric, Alban, Alexinparis, Arwen, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Cara, Carole en Australie, Champagne, Chat bleu, Chloé, Christophe, Cocazzz, Cricriyom from Paris, CécileP, Céline in Paris, Dame Skarlette, DelphineF, Dom-Aufildesvues, Dr. CaSo, El Padawan, Estelle, Eva INside-EXpat, Fanfan Raccoon, François le Niçois, Frédéric, Galéa, Gilsoub, Giselle 43, Guillaume, Homeos-tasie, Iris, Isaquarel, J'habite à Waterford, Josette, Julia, Kenza, KK-huète En Bretannie, Koalisa, Krn, La Fille de l'Air, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lecturissime, Les Bazos en Goguette, Les bonheurs d'Anne & Alex, Les Filles du Web, Loqman, Loulou, Luckasetmoi, Lyonelk, magda627, Mamysoren, Marie, MauriceMonAmour, Milla la galerie, Morgane Byloos Photography, MyLittleRoad, Nanouk, Nicky, Noz & 'Lo, Philisine Cave, Pilisi, Pixeline, princesse Emalia, ratonreal, Renepaulhenry, Rosa, Rythme Indigo, Sandrine, Sinuaisons, Testinaute, Thalie, Tuxana, Voyager en photo, Xoliv'.

mardi 8 septembre 2015

76 - Parenthèse new-yorkaise (partie 2)

Forts d'une bonne nuit de sommeil, nous sommes repartis à l'assaut de la ville qui ne dort jamais (mais le dimanche à 8h, Times Square a visiblement la gueule de bois). Au menu, deux musées, un parc et une croisière à la tombée du jour...

 Même dans le métro, ils nous mettent des drapeaux...

 Le musée Guggenheim

 Central Park


À New York, fais comme les New-yorkais (deviens obèse)
(quoique je n'ai pas vu tant d'obèses que ça)


La baleine grandeur nature du Musée d'histoire naturelle

La Skyline

Et pour finir, Miss Liberty

vendredi 4 septembre 2015

75 - L'Empereur, bébé parfait

Cette semaine, du haut de ses 7 mois, l'Empereur faisait sa grande entrée à la garderie.
Lors de leurs débuts, les deux premiers avaient étalé leur intégration sur une semaine: une heure, puis deux heures, puis une demi-journée si tout va bien, etc. L'intégration du Prophète avait été un poil difficile, et j'avais du aller le chercher deux fois dans la semaine, parce qu'il était inconsolable. Pour Fleur, ça s'était fait plus en douceur. Il faut dire qu'elle connaissait son éducatrice depuis ses deux jours, ce qui facilite les choses. J'étais juste allé la chercher une fois parce qu'elle était tellement fâchée qu'elle avait failli s'étrangler...
Quant à l'Empereur, je dois dire que son intégration est une vaste blague. Il a fait une journée presque complète dès mardi et se plait visiblement beaucoup dans son milieu de garde. Il faut dire que non seulement il connait l'éducatrice, mais qu'il a déjà été gardé plusieurs fois par elle, que ses frère et sœur l'accompagnent et qu'il est d'un naturel extrêmement facile. C'est à peine si on l'entend pleurer dans une journée et les seuls moments où il proteste sont quand on est trop lent à lui donner la becquée.
En un mot, l'Empereur est tellement parfait que la nounou m'a même aujourd'hui confié à deux reprises qu'elle aurait bien envie d'en avoir un troisième s'il est comme le mien (je lui ai donc proposé les services de mon chum)(ce qu'elle a bizarrement décliné).

Un bébé tellement parfait que son médecin ne veut même pas le voir pour sa visite des 9 mois, 
toutes les cases de l'examen étant déjà cochées à part la lallation.